« Les grands enjeux de l’humanité ne sont pas la faim, la pauvreté, le développement durable, la paix, la santé, l’éducation, l’économie, les ressources naturelles… mais notre capacité à élaborer de nouvelles organisations capables de les résoudre.
Notre enjeu principal est l’intelligence collective en tant que capacité, pour un groupe d’individus, à formuler son futur et à y parvenir dans un contexte complexe. » Intelligence collective, la révolution invisible, JF Noubel 

Pierre Lévy a introduit la notion d’intelligence collective pour désigner l’objectif qui devrait être celui de toute organisation humaine. Il la définit comme « une intelligence partout distribuée, sans cesse valorisée, coordonnée en temps réel, qui aboutit à une mobilisation effective des compétences »
« L’intellectuel collectif est une sorte de société anonyme à laquelle chaque actionnaire apporte en capital ses connaissances, ses navigations, sa capacité d’apprendre et d’enseigner. » L’intelligence collective : pour une anthropologie du cyberespace. Pierre Lévy

« Ce qui importe, c’est d’avoir conscience qu’il est possible de créer des conditions facilitant l’émergence de l’intelligence collective à partir des intelligences individuelles. S’il était difficile d’étendre cette possibilité à toute une société avant l’arrivée d’internet, c’est désormais envisageable, puisqu’il permet :
> La connexion individuelle de personne à personne
> La capitalisation des informations qui transitent dans ces connexions
> La transformation potentielle de ces informations en connaissances utiles à tous. »Le nouveau management de l’inforrmation : la gestion des connaissances au coeur de l’entreprise 2.0 de C.Deschamps

Pas question de dire que n’importe quel collectif est intelligent ou qu’il suffit de réunir des personnes dans une pièce pour faire émerger une intelligence collective : « L’intelligence collective doit s’inventer, nous dit François Filliettaz, […] elle n’est pas donnée, n’est pas dans la nature. Il faut inventer les techniques, les systèmes de signes, les formes d’organisation sociale et de régulation qui permettent de penser ensemble, de concentrer les forces intellectuelles et spirituelles.» Il faut donc mettre en place les conditions de son émergence, car même si elle existe en puissance, elle se mérite ! « Le nouveau management de l’inforrmation : la gestion des connaissances au coeur de l’entreprise 2.0 » de C.Deschamps